• Enfant
Apprendre de tout son Etre, pour être Libre d'Être Soi
Vous appréciez, partagez !
Nelly Biodore 07 81 70 33 63
147 Rue Oberkampf
75011 Paris

L’ENFANT, CET ADULTE EN DEVENIR

Avant de pouvoir communiquer avec son entourage proche et avec les personnes étrangères au cercle familial, l’enfant doit passer par deux étapes : l’imitation qui le pousse à refaire les mêmes gestes que ses parents, et l’identification qui l’amène à intégrer les émotions de ses parents.

L’ENFANT, CET ADULTE EN DEVENIR Si la plupart des enfants franchissent sans trop de difficultés les différentes étapes qui conduisent à la socialisation, chez d’autres le processus est plus ardu suite à la survenue de troubles émotionnels, comportementaux et psychologiques invalidants.

Une personnalité d’enfant qui se construit sur des symptômes psychophysiologiques plus ou moins lourds génère des émotions conflictuelles difficiles à gérer.

Au fil des années, ce type d’émotions négatives amène l’enfant à développer des comportements peu harmonieux, propices au mal-être et à l’échec.
 

LES BIENFAITS DE LA THERAPIE

LES BIENFAITS DE LA THERAPIE Une psychothérapie adaptée au(x) trouble(s) de l’enfant constitue une étape clé dans son développement émotionnel, social et scolaire.
En effet, si les difficultés évoquées par les parents sont bien d’origine psychologique, et que leur survenue est susceptible de compromettre le devenir de l’enfant, un suivi permettra de comprendre puis résorber durablement les troubles de l’enfant.

Intégrée au schéma de compréhension et de perception de l’enfant, une psychothérapie appropriée incite l’enfant à puiser dans ses ressources pour mieux comprendre l’origine et la cause de son ou de ses trouble(s), sans qu’il se sente coupable ou différent.
 

AVEC LA METHODE GRINBERG®

L’approche avec les enfants est spécifique dans la mesure où, étant en plein développement, ils sont en phase d’apprentissage intense et n’ont pas encore tous les moyens physiques de traiter l’information. Dans cet état de dépendance à l’adulte, il ne peut traiter par exemple la peur de la même manière, résister à l’autre avec la même puissance ou faire appel au même savoir antérieures acquis (expériences) qu’un adulte.
Aussi il est important de s’adapter, et de rendre l’apprentissage plus intégrable pour lui grâce à une dimension plus ludique encore, un temps d’apprentissage moins long mais pas moins intense à son échelle, ainsi qu’un langage accessible.
L’analyse de pied reste très utile pour aider l’enfant à mieux parler de lui ou, dans le cas où il ne parle pas encore, mieux repérer pour lui les efforts physiques superflus qui nuisent à son équilibre. Plus nous apprenons jeune à arrêter des efforts inutiles, plus la conscience de soi et l’épanouissement sont accessibles.
Dans tous les cas, les parents sont grandement conviés à être présents, sauf s’il est observé que l’enfant se trouve mieux disposé à apprendre en leur absence. 
 

Ses effets concrets :

  • Sentiment d'être compris(e) et de ne plus être seul(e)
  • Meilleure compréhension du problème ou de la souffrance morale
  • Communication plus fluide avec les autres
  • Destruction du schéma dévalorisant
  • Retour de la confiance en soi
  • Maîtrise des émotions négatives
 

Champs d’intervention :

Cette liste n’étant pas exhaustive, la psychologue clinicienne Nelly Biodore prend en charge de nombreux autres troubles psychophysiologiques.
 

Troubles du langage :

En l’absence de dépistage précoce, les troubles du langage confrontent l’enfant à des problèmes de retards du langage et de difficultés d’apprentissage. De telles lacunes aggravent son sentiment d’exclusion et pousse l’enfant à développer une image négative de ses compétences.
 

Troubles du sommeil :

Durant les premières années de sa vie, l’enfant est souvent sujet à des troubles du sommeil pouvant s‘accompagner de terreurs nocturnes. A défaut d’une prise en charge adaptée, la survenue de ces troubles nocturnes perturbent la vie sociale et familiale de l’enfant qui a du mal, durant la journée, à se concentrer à l’école, pleure sans raison, s’énerve ou refuse de manger.
 

Phobies :

Un enfant peut développer dès son jeune âge une phobie face à une situation qu’il ne comprend pas, ne maîtrise pas, et qui bouleverse ses repères. A partir du moment où le sentiment de peur devient ingérable, le développement émotionnel de l’enfant est plus ou moins fortement compromis.
 

La dépression :

Caractérise par une vision pessimiste de la vie et de soi-même, la dépression touche de nombreux enfants. Souvent dissimulée par des comportements jugés « normaux », elle reste très difficile à diagnostiquer. Dans la majorité des cas, elle est à l’origine de difficultés scolaires inexpliquées, d’une irritabilité inhabituelle, d’une perte de motivation pour des activités qui le passionnaient, d’un sommeil perturbé, d’inquiétudes, d’angoisses, d’une tristesse, de maux récurrents (mal de tête, maux de ventre…) ou d’un changement du rythme de l’appétit.
 

L’agressivité :

Si cette émotion est courante chez les enfants, au fil des années l’agressivité tend à diminuer, ce qui prouve que l’enfant arrive à mieux canaliser ses sentiments négatifs et sa frustration. En revanche, si elle persiste au point de générer de la violence physique et verbale, il est important d'en comprendre les causes pour aider l’enfant à maitriser ses émotions.
 

L’hyperactivité :

Définie comme un déficit de l’attention, se manifeste par de nombreux problèmes de comportements qui handicapent l’enfant dans ses relations avec les autres et compromettant son apprentissage à l’école.
 

Retards du développement :

Le développement de l’enfant passe par une série d’étapes psychiques, neuropsychologiques (qui concerne le développement intellectuel, comportemental, sensoriel et affectif) et motrices (posture, motricité, coordination).

S’il est vrai que chaque enfant évolue à son rythme, chez certains d’entre eux un retard au niveau de la motricité, du langage, de la socialisation ou des apprentissages peut persister dans le temps et freiner son développement.